Jean-François Duval: la vie, la mort, tout ça, mais avec élégance

Il se demande à quel âge l’enfant se met à marcher alors qu’il a commencé par courir partout. Il se souvient de la fierté de savoir lacer ses chaussures tout seul, propose une méthode pour savoir si l’on va bien, évoque le big bang, dresse l’éloge du drap (à l’opposé du duvet) et le poignant portrait d’un cousin si digne face 
à la mort. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres 1 Commenter

Ta-Nehisi Coates: une enfance à éviter le crack

Nous n’avons pas tous eu la même enfance. Ta-Nehisi Coates a vécu la sienne à West Baltimore, le quartier noir défavorisé d’une ville importante des Etats-Unis. Les garçons se font une réputation en se battant et celui qui tente d’éviter les coups s’attire d’autant plus la rage des autres. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Uppercut: quand le sport devient fiction

Fondées en 2011 à Lausanne, les Editions BSN Press «se laissent volontiers séduire par les périphéries littéraires, la rigoureuse irrévérence scientifique ou les contre-allées spirituelles», indique leur site internet. Leur nouvelle collection Uppercut s’intègre dans cette volonté d’originalité, avec ses textes qui claquent, ses «microromans» d’une soixantaine de pages sur le thème du sport, «dans la pluralité de ses expressions». à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Maggie O’Farrell: l’émotion par l’art et la virtuosité

Avec Assez de bleu dans le ciel, la romancière Maggie O’Farrell mêle parfaitement construction 
virtuose et émotions. Cette complexe et passionnante histoire familiale s’intéresse aux remords, 
aux non-dits, à la maternité, au poids du passé… à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Elisabeth Jacquet, le livre qui badine avec l’amour et le mariage

Petite réflexion joyeuse et ludique sur la conjugalité, Mon mari et moi réjouit. «Le titre de cet ouvrage aurait pu être Noces de porcelaine. (Je redoute les Noces de cretonne dont le nom désuet traduit mal l’ampleur de notre sujet.)» Avec force humour et jeux de mots, par association ou sauts du coq à l’âne, Elisabeth Jacquet explore la notion de couple marié. Quelle entité elle et son mari forment-ils? Qui étaient-ils avant? Qu’auraient-ils été sinon? Que savent-ils l’un de l’autre? Quels sont les mots employés pour désigner l’un et l’autre pris séparément et leur ensemble? à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Erri De Luca: prières et colères 
de l’espèce humaine

En 2015, Erri De Luca obtenait gain de cause dans l’affaire 
de la ligne TGV Lyon-Turin. Evitant une condamnation de prison ferme pour incitation au sabotage de cette ligne en projet, il en avait tiré La parole contraire, un essai puissant, politique. Le grand auteur italien signe un retour au roman avec 
La nature exposée. Une prose tout aussi fulgurante qui met 
en mouvement un récit pas moins engagé. De Luca y avance 
à pas feutrés. Impressionnant de douceur et de justesse. 
Il mêle le sacré le profane et l’air du temps. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Jean-François Haas, le regard d’un humaniste

Depuis dix ans et Dans la gueule de la baleine guerre qui l’a révélé, on connaît le talent de romancier de Jean-François Haas. 
Sa manière de joindre sens du récit et ampleur du style. Après cinq romans, le Fribourgeois publie son premier recueil de nouvelles, relativement longues (sept textes en 160 pages), et démontre que son écriture convient aussi parfaitement à cette forme plus ramassée. Un profond humanisme relie ce Testament d’Adam. Jean-François Haas tisse de fortes histoires d’hommes et de femmes blessés par la vie, par la bassesse quotidienne 
et la méchanceté banalisée. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Yves Rosset: notre temps, comme il va

En mêlant l’intime et les échos de l’actualité, 
Yves Rosset signe avec Les externalités négatives une saisissante chronique de notre «société 
de surabondance». Un tourbillon fascinant, 
entre Berlin et le pays vaudois. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Benjamin Black, l’écrivain de renom qui rend hommage au roman noir

Auteur réputé, lauréat notamment du Booker Prize 2005 pour La mer, l’Irlandais John Banville s’offre depuis une dizaine d’années de régulières incursions dans le roman noir. Le vrai, l’originel, celui de Raymond Chandler, à qui il a d’ailleurs rendu hommage en reprenant son héros 
Philip Marlowe, dans La blonde aux yeux noirs. Sous le nom de Benjamin Black, Banville a créé un personnage 
récurrent original, Quirke, médecin légiste vaguement 
alcoolique. Vengeance est le cinquième roman de la série, mais rien n’empêche de commencer par celui-ci. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Guillaume Rihs, une joyeuse bande dans un joyeux délire

Deux ans après Aujourd’hui dans le désordre (Prix des écrivains genevois), Guillaume Rihs reprend certains ingrédients qui ont fait le succès de son premier roman: l’humour et un regard affûté sur notre époque. Le charme opère d’autant plus que le jeune écrivain (né en 1984) prend un évident plaisir à décrire de savoureux personnages et brocarde, de sa plume élégante, 
nos manies des commémorations. Au point qu’on lui pardonne volontiers de tomber parfois dans la caricature et de se contenter d’une trame assez ténue. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Lionel Shriver: au cœur du chaos, la vie

Révélée par Il faut qu’on parle de Kevin, Lionel Shriver propose un étonnant roman futuriste 
et satirique. Où une famille américaine tente 
de continuer à vivre, malgré le chaos économique que connaissent les Etats-Unis en cette année 2029. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Lukas Bärfuss, sur les traces d’un frère disparu

Journal intime, roman d’aventures, documentaire animalier, Koala tient de l’espèce hybride, pour traiter un sujet difficile, 
le suicide. Il commence dans la douleur, avec la mort d’un frère. Organisé dans les plus petits détails pour laisser le moins de traces possible dans une région de Suisse allemande qui se soumet au silence, le suicide de son frère laisse le narrateur aux prises avec la tristesse et l’incompréhension que suscite ce choix. Hanté, il tente de donner du sens à ce geste, discute autour de lui de cette question taboue, ruine quelques soirées avant de se tourner vers le surnom de son demi-frère, Koala. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Myriam Anissimov, portraits entre intimité et drames de l’histoire

Elle a voulu être la première à voir Le fils de Saul, le film de Laszlo Nemes qui descend «dans les abysses de la belle Europe». C’est que Myriam Anissimov, née en 1943 dans un camp de réfugiés en Suisse, est restée intimement marquée par la Shoah. «Cette horreur ne me quittait jamais complètement. Elle était là, comme la basse continue de mon existence.» à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Anne Tyler, l’éternel retour du fils prodige

Une bobine de fil bleu, c’est l’histoire des Whitshank, une famille comme les autres. Dont l’intimité nous est connue dès les premières pages. Nous sommes littéralement dans la chambre à coucher des parents, Red et Abby, lorsque le téléphone sonne pour révéler le nœud du problème – et leurs caractères opposés. Il s’agit de leur fils, Denny. Qui annonce qu’il est gay. A quoi répond son père, avec la subtilité bien connue des paternels: «Merde.» à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Bernard Chambaz: un nombre et une année pas comme les autres

Historien de formation, le romancier Bernard Chambaz revient à ses premières amours. Avec 17, l’auteur de Petite philosophie du vélo et d’A tombeau ouvert remonte les ans pour retracer 17 vies de personnes qui ont en commun d’être nées ou mortes en 17, quel que soit le siècle. On y crois Pocahontas (morte en 1617), Thérèse D’Avila (qui devient patronne de l’Espagne en 1617), Larousse (né en 1817), Germaine de Staël (morte en 1817) ou encore l’actrice Suzy Delair, née en 1917, le 31 décembre et qui devra donc «patienter tout 17 pour devenir centenaire». à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 18 19   Next »