Tex: quand le Sud s’empare de l’Ouest

Les cow-boys sont de retour. «Déringardisé», dépoussiéré, pas désespéré mais presque, le nouveau western s’inscrit dans une nostalgie d’un rêve américain qui a 
volé en éclats. Pourtant, le mythe a depuis longtemps voyagé et s’est multiplié: les meilleures productions sur l’Ouest américain ne sont-elles pas transalpines? à suivre…

Posté le par Eric dans BD Déposer votre commentaire

Nils Wülker, un jazz électrisé à la soul urbaine

On est tout d’abord séduit par cette atmosphère de soul moderne et épurée sur laquelle se dépose une trompette aux sonorités d’un jazz plus traditionnel. Le trompettiste hambourgeois Nils Wülker joue avec les contrastes entre l’électronique et le son chaleureux de son instrument. Des propositions très contrastées, passant de l’ambiance commerciale un peu trop convenue (You cannot imagine) à des morceaux très inspirés comme l’excellent Pull of the Unknown. à suivre…

Posté le par Eric dans jazz, Musique Déposer votre commentaire

Ta-Nehisi Coates: une enfance à éviter le crack

Nous n’avons pas tous eu la même enfance. Ta-Nehisi Coates a vécu la sienne à West Baltimore, le quartier noir défavorisé d’une ville importante des Etats-Unis. Les garçons se font une réputation en se battant et celui qui tente d’éviter les coups s’attire d’autant plus la rage des autres. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Uppercut: quand le sport devient fiction

Fondées en 2011 à Lausanne, les Editions BSN Press «se laissent volontiers séduire par les périphéries littéraires, la rigoureuse irrévérence scientifique ou les contre-allées spirituelles», indique leur site internet. Leur nouvelle collection Uppercut s’intègre dans cette volonté d’originalité, avec ses textes qui claquent, ses «microromans» d’une soixantaine de pages sur le thème du sport, «dans la pluralité de ses expressions». à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Maggie O’Farrell: l’émotion par l’art et la virtuosité

Avec Assez de bleu dans le ciel, la romancière Maggie O’Farrell mêle parfaitement construction 
virtuose et émotions. Cette complexe et passionnante histoire familiale s’intéresse aux remords, 
aux non-dits, à la maternité, au poids du passé… à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Elisabeth Jacquet, le livre qui badine avec l’amour et le mariage

Petite réflexion joyeuse et ludique sur la conjugalité, Mon mari et moi réjouit. «Le titre de cet ouvrage aurait pu être Noces de porcelaine. (Je redoute les Noces de cretonne dont le nom désuet traduit mal l’ampleur de notre sujet.)» Avec force humour et jeux de mots, par association ou sauts du coq à l’âne, Elisabeth Jacquet explore la notion de couple marié. Quelle entité elle et son mari forment-ils? Qui étaient-ils avant? Qu’auraient-ils été sinon? Que savent-ils l’un de l’autre? Quels sont les mots employés pour désigner l’un et l’autre pris séparément et leur ensemble? à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Erri De Luca: prières et colères 
de l’espèce humaine

En 2015, Erri De Luca obtenait gain de cause dans l’affaire 
de la ligne TGV Lyon-Turin. Evitant une condamnation de prison ferme pour incitation au sabotage de cette ligne en projet, il en avait tiré La parole contraire, un essai puissant, politique. Le grand auteur italien signe un retour au roman avec 
La nature exposée. Une prose tout aussi fulgurante qui met 
en mouvement un récit pas moins engagé. De Luca y avance 
à pas feutrés. Impressionnant de douceur et de justesse. 
Il mêle le sacré le profane et l’air du temps. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Fondation de l’Hermitage: l’art dans sa version prestige

A Lausanne, la Fondation de l’Hermitage expose jusqu’à la fin octobre des Chefs-d’œuvre de la collection Bührle. Le controversé marchand d’armes, disparu en 1956, y révèle un goût classique très sûr, centré sur la France et les impressionnistes. à suivre…

Posté le par Eric dans Beaux-Arts, Exposition Déposer votre commentaire

Au musée: visite guidée des collections perdues

Gustav et sa grande sœur Niffi se retrouvent enfermés à l’intérieur du musée, un édifice bien étrange, puisqu’on y trouve tout ou presque. Mais comment en sortir? Les pièces s’enchaînent et chaque élément semble bouger, bondir, vivre dans ces endroits qui regroupent le savoir des hommes. L’histoire, l’art, la philosophie, la justice, tout est là, et plus encore, comme les fondements structurels de la BD. à suivre…

Posté le par Eric dans BD Déposer votre commentaire

Benjamin Biolay en profusion

Un an après le somptueux Palermo Hollywood (justement récompensé par la Victoire de la musique du meilleur album de chansons), Benjamin Biolay prolonge l’aventure. Volver résonne des mêmes échos de son amour pour Buenos Aires la foisonnante. Pas de redite toutefois: en quinze titres et une heure extrêmement riche, le Lyonnais surdoué se laisse aller avec une liberté réjouissante. à suivre…

Posté le par Eric dans Chanson française, Musique Déposer votre commentaire

Jean-François Haas, le regard d’un humaniste

Depuis dix ans et Dans la gueule de la baleine guerre qui l’a révélé, on connaît le talent de romancier de Jean-François Haas. 
Sa manière de joindre sens du récit et ampleur du style. Après cinq romans, le Fribourgeois publie son premier recueil de nouvelles, relativement longues (sept textes en 160 pages), et démontre que son écriture convient aussi parfaitement à cette forme plus ramassée. Un profond humanisme relie ce Testament d’Adam. Jean-François Haas tisse de fortes histoires d’hommes et de femmes blessés par la vie, par la bassesse quotidienne 
et la méchanceté banalisée. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Yves Rosset: notre temps, comme il va

En mêlant l’intime et les échos de l’actualité, 
Yves Rosset signe avec Les externalités négatives une saisissante chronique de notre «société 
de surabondance». Un tourbillon fascinant, 
entre Berlin et le pays vaudois. à suivre…

Posté le par Eric dans Littérature, Livres Déposer votre commentaire

Mahadev Cometo: «Je fais ce que je veux, j’ai la pêche et je la distribue»

Alain Monod, alias Mahadev Cometo, vernit son premier album, Freedom,
mercredi à Nuithonie. Rencontre avec l’ancien «jeune dieu» devenu «grand dieu».

par Christophe Dutoit

«Les Young Gods, c’était déjà de la musique de niche. Mais alors là, c’est carrément de la tête d’épingle… De toute façon, je fais de la musique juste pour mes oreilles.» Toujours le mot pour détendre l’atmosphère, sacré Alain Monod, connu sous nos cieux comme Al Nox, puis Al Comet. A quelques jours du vernissage de son album Freedom, mercredi à Nuithonie, le Fribourgeois, qui répond désormais au pseudonyme de Mahadev Cometo, raconte les méandres de cet enregistrement. Devant un café turc, dans sa cuisine marlinoise. à suivre…

Posté le par admin dans Musique Déposer votre commentaire

Les noires obsessions de The Afghan Whigs

Epargnés par le succès grand public dans les années 1990, The Afghan Whigs renouent avec leur passé, mais aussi avec leurs démons et leurs compositions ténébreuses et obsédantes.

par Christophe Dutoit

Pas toujours évident d’être et d’avoir été… Groupe phare et très influent durant les années 1990, The Afghan Whigs en savent quelque chose. Après s’être réduits au silence au tournant du millénaire, les Américains se sont rabibochés dix ans plus tard, avant de sortir l’excellent album To do the beast en 2014. Toujours à l’ombre de la gloire, Greg Dulli et ses comparses viennent de renouer avec la composition et publient In spades, un huitième album à l’élégance renouvelée. à suivre…

Posté le par admin dans Anglo-saxon, Musique Déposer votre commentaire

Replay 1967-2017: Jimi Hendrix, la révolution sonique

REPLAY 1967-2017

Peu d’albums ont marqué un tel tournant. Le 12 mai 1967, The Jimi Hendrix Experience sort son premier disque, Are you experienced, qui atteint rapidement le sommet des charts anglais et américains. Depuis six mois, le guitariste de 24 ans essaime en effet les 45-tours explosifs. D’abord sa reprise électrocutée de Hey Joe, puis l’une de ses premières compositions, Purple haze, un condensé de fuzz, de saturation et de feedback, et, enfin, The wind cries Mary, une ballade bluesy faussement détachée. En trio avec Noel Redding (basse) et Mitch Mitchell (batterie), Hendrix réussit la parfaite symbiose entre ses influences rhythm & blues et son utilisation révolutionnaire de la guitare, qui font de lui un défricheur de nouvelles sonorités et un showman hors pair. En concert, il joue de sa six-cordes avec les dents, dans le dos, couché sur scène et ne tarde pas à l’immoler sur le titre Fire, la première fois à l’Astoria de Londres. En moins de quatre ans de carrière, Jimi Hendrix pousse l’usage de la guitare à son paroxys­me. Sa mort, à l’âge de 27 ans par abus de barbituriques, le porte au panthéon. Plus jamais la musique ne sera pareille.

par Christophe Dutoit

The Jimi Hendrix Experience
Are you experienced
Sony

Durant toute l’année 2017, La Gruyère a décidé de rechroniquer les albums essentiels de 1967. Avec une double ambition: d’abord, réécouter ces disques avec une oreille naïve et décomplexée, comme s’ils avaient paru aujourd’hui. Mais aussi évoquer leur impact et leur influence sur les générations suivantes et la musique actuelle.
Posté le par admin dans Replay Déposer votre commentaire
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 77 78   Next »