Replay 1967-2017: Jimi Hendrix, la révolution sonique

REPLAY 1967-2017

Peu d’albums ont marqué un tel tournant. Le 12 mai 1967, The Jimi Hendrix Experience sort son premier disque, Are you experienced, qui atteint rapidement le sommet des charts anglais et américains. Depuis six mois, le guitariste de 24 ans essaime en effet les 45-tours explosifs. D’abord sa reprise électrocutée de Hey Joe, puis l’une de ses premières compositions, Purple haze, un condensé de fuzz, de saturation et de feedback, et, enfin, The wind cries Mary, une ballade bluesy faussement détachée. En trio avec Noel Redding (basse) et Mitch Mitchell (batterie), Hendrix réussit la parfaite symbiose entre ses influences rhythm & blues et son utilisation révolutionnaire de la guitare, qui font de lui un défricheur de nouvelles sonorités et un showman hors pair. En concert, il joue de sa six-cordes avec les dents, dans le dos, couché sur scène et ne tarde pas à l’immoler sur le titre Fire, la première fois à l’Astoria de Londres. En moins de quatre ans de carrière, Jimi Hendrix pousse l’usage de la guitare à son paroxys­me. Sa mort, à l’âge de 27 ans par abus de barbituriques, le porte au panthéon. Plus jamais la musique ne sera pareille.

par Christophe Dutoit

The Jimi Hendrix Experience
Are you experienced
Sony

Durant toute l’année 2017, La Gruyère a décidé de rechroniquer les albums essentiels de 1967. Avec une double ambition: d’abord, réécouter ces disques avec une oreille naïve et décomplexée, comme s’ils avaient paru aujourd’hui. Mais aussi évoquer leur impact et leur influence sur les générations suivantes et la musique actuelle.
Posté le par admin dans Replay Déposer votre commentaire

Replay Grateful Dead: avec ou sans acide

REPLAY

Faut-il avoir consommé du LSD pour goûter à sa juste valeur la musique du Grateful Dead? En ce printemps 1967, la question ne se pose pas dans la baie de San Francisco. Formés deux ans plus tôt sous le nom de The Warlocks, Jerry Garcia et ses acolytes sont régulièrement conviés à jouer la bande-son des premiers acid tests, ces «dégustations» publiques d’hallucinogènes organisées par l’écrivain Ken Kesey (auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou). à suivre…

Posté le par admin dans Anglo-saxon, Musique, Replay Déposer votre commentaire

Replay The Velvet Underground & Nico: écoute râpeuse et fascinante

REPLAY

The Velvet Underground & Nico sort le 12 mars 1967. Malgré sa pochette banane signée Andy Warhol, le disque se vend difficilement à 30000 exemplaires durant les cinq années d’existence du groupe. Mais, comme l’a dit un jour Brian Eno, «tous ceux qui l’ont acheté ont ensuite formé un groupe». à suivre…

Posté le par admin dans Anglo-saxon, Musique, Replay Déposer votre commentaire

Replay Jefferson Airplane: pilules psychédéliques en prémices à l’Eté de l’amour

REPLAY

La baie de San Francisco peine à sortir de sa léthargie en ce mois de février 1967. Renforcé par la chanteuse Grace Slick, le Jefferson Airplane en profite pour publier son deuxième album, Surrealistic pillow. La demoiselle de 27 ans arrive avec deux chansons au destin planétaire. D’abord Somebody to love, composée par son beau-frère pour leur ancien groupe The Great Society. Avec son riff surf garage et ses envolées à la reverb magnifiée, la chanson démarre au quart de tour, avec cette hargne contenue que The Ramones se chargeront de laisser exploser en 1993. à suivre…

Posté le par admin dans Anglo-saxon, Musique, Replay Déposer votre commentaire

Replay The Doors: l’Amérique n’avait jamais entendu telle extase

REPLAY

Commençons par The end. Ses quelques notes de guitare qui entreront dans la légende en 1979 avec Apocalypse now. Ses douze minutes de délire œdipien, qui vaut à The Doors de se faire virer du Whisky a Go Go. Mais qui place Jim Morrison à l’égal des poètes illuminés. Jamais l’Amérique n’avait entendu telle sauvagerie, tel hymne à l’extase, telle révélation, avec ou sans recours au LSD. Personne n’avait jamais brandi tel miroir à l’Amérique. à suivre…

Posté le par admin dans Replay Déposer votre commentaire

1967, l’année des possibles

Un nombre incroyable de disques marquants est sorti il y a tout juste cinquante ans. Retour sur la bande-son de 1967, entre contre-culture, contestation, mouvement hippie, drogues, psychédélisme et innovations techniques.

par Christophe Dutoit

Imaginez plutôt: en quelques mois, The Doors, The Velvet Underground, Grateful Dead, Jimi Hendrix, Pink Floyd, David Bowie ou Leonard Cohen ont chacun publié leur premier album. Sans compter Sgt. Pepper’s des Beatles, Disraeli gear de Cream ou Forever changes de Love. C’était en 1967, il y a tout juste cinquante ans. à suivre…

Posté le par admin dans Musique, Replay Déposer votre commentaire