Shachar Elnatan, une relève prometteuse

A seulement 22 ans, le guitariste Shachar Elnatan est considéré comme l’un des jeunes talents à suivre…

Catherine Cusset: portrait de l'ami si vivant

Il était flamboyant, exubérant, aimait le cinéma, la litté­rature, les femmes. La vie, quoi. Thomas à suivre…

Tintin, ce passeur de bande dessinée

Il y a sept décennies naissait le journal Tintin, berceau de nombreuses séries populaires. Un à suivre…

Gaiman - Russell: meurtre au paradis

Neil Gaiman avait surpris le monde en intellectualisant la bande dessinée commerciale américaine à la à suivre…

Vox Clamantis: touché par la grâce

Chœur estonien fondé en 1996 autour d’une passion commune pour le chant grégorien, Vox Clamantis à suivre…

Jean-Paul Dubois, en singulier décalage

Il y a un charme singulier, dans les romans de Jean-Paul Dubois. L’auteur d’Une vie à suivre…

L’amour à la sauce Jauffret

Régis Jauffret dans son univers. Celui des déchirures, de l’humanité à vif. Régis Jauffret et à suivre…

Laurent Mauvignier, une quête familiale au Kirghizistan

Une femme et son fils adolescent dans les montagnes du Kirghizistan. Le jeune homme partait à suivre…

Gaël Faye, au temps de l'insouciance

Avec Petit pays, son premier roman, Gaël Faye crée l’événement de cette rentrée littéraire. Le à suivre…

Nick Cave: huit oraisons funèbres pour le fils disparu

En juillet 2015, l’un des fils de Nick Cave chutait mortellement d’une falaise près de à suivre…

Vevey immergé par l’image

Tous les deux ans, le Festival Images Vevey transforme la ville lémanique en centre d’art à suivre…

Les Francomanias: l’Hôtel de Ville retrouve l’âme de ses chaudes soirées

Avec Charlie Winston, l’Hôtel de Ville accueillait une valeur sûre, qui ajoute le talent de à suivre…

Les Francomanias: Youssoupha et Ida Mae, l’énergique et les fragiles

Tête d’affiche du premier soir du festival, le rappeur français Youssoupha s’est déchaîné pour tenir à suivre…

De retour en ville, les Francomanias gagnent le pari de la popularité

Avec 15000 personnes dont 4000 pour les concerts payants, les Francomanias ont réussi leur retour à suivre…

Les Francomanias: Feu! Chatterton, un final en apothéose

Appelons ça le charisme. Ou le magnétisme, la présence. A l’évidence, Arthur Teboul, chanteur de à suivre…

Les Francomanias: Peter Doherty, sublime dandy bringuebalant

Tête d’affiche des Francomanias, Peter Doherty a donné vendredi un concert hors normes à l’Hôtel à suivre…

Tintin, ce passeur de bande dessinée

Il y a sept décennies naissait le journal Tintin, berceau de nombreuses séries populaires. Un beau livre célèbre l’histoire de cette revue miroir de l’histoire du 9e art.

tintin-1

Par Romain Meyer

Tintin, le journal des jeu­nes de 7 à 77 ans: le slogan a fait date, au point d’être devenu une expression. Alors quoi de plus normal pour fêter les 70 ans de sa création de sortir un ouvrage de… 777 pages. Un livre épais, richement illustré, montrant tout autant l’apport de Hergé au magazine que présentant un compte rendu, par deux ans, du parcours de cet hebdomadaire emblématique de la bande dessinée franco-belge.

L’histoire débute en 1946, au sortir de la guerre, qui laissa la Belgique traumatisée après l’occupation des troupes allemandes. L’Europe est en ruine et le chantier de la reconstruction s’ouvre dans tous les domaines. Celui de l’édition a lui aussi fortement souffert de la présence nazie et bon nombre de publications ont été laissées sur le carreau. Parmi les plus fameuses, il y a Le Petit Vingtième, qui accueillait jus­qu’alors les aventures de Tintin et Milou.petit-vingtieme

Recherche d’équilibre
A la Libération, l’heure est à la recherche des plaisirs simples, des distractions légères, une aspiration à une vie presque normale. C’est le grand retour des magazines de bande dessinée. Mais, dans un monde en quête de valeurs à reconstituer, on craint un nouveau «débarquement» américain, fait de comics vides d’éthique, prêts à pervertir des enfants encore fragilisés: l’Europe se préoccupe alors de fournir un cadre moral au divertissement. La recherche de l’équilibre entre ces deux éléments marque les éditions pour la jeunesse, et le futur journal Tintin en fera son cheval de bataille. couv-tintin2

Afin de remplir ce cahier des charges et d’assurer la réussite de l’hebdomadaire, l’éditeur Raymond Leblanc compte sur la réputation déjà très solide de Hergé et de son reporter à la houppe, dont la publication des Sept boules de cristal dans Le Soir s’est brutalement interrompue à la fin du conflit. On réunit autour de Geor­ges Remi une équipe artistique hors norme, avec en premier lieu Edgar P. Jacobs, qui collaborait déjà avec lui et qui conçoit pour la revue un duo qui laissera son empreinte dans l’histoire du 9e art, Blake et Mortimer. On y trouvera également Jacques Laudy (Les Quatre fils Aymon, Hassan et Kaddour) et Paul Cuvelier (Corentin).

Pour lancer la publication, Raymond Leblanc crée une nouvelle maison promise à un bel avenir, que l’on appelle du nom de la rue bruxelloise qui accueille ses locaux: Le Lombard. Le 26 septembre 1946 paraît le premier numéro du journal Tintin.

L’événement marque le début du Temple du soleil et d’une aventure éditoriale qui durera plus de quarante ans, jusqu’en 1988. Le magazine s’éteint alors comme tant d’autres devant un lectorat qui se tourne dorénavant vers les albums reliés plutôt que vers les périodiques.

D’ombre et de lumière
tintin-coverUn gros livre vient donc rappeler cette aventure qui fut loin d’être linéaire. La première partie est consacrée au travail de Hergé, avec notamment quelques-unes des magnifiques couvertures qu’il a spécialement  réalisées. La deuxième revient année après année sur les changements survenus dans le journal et les nombreuses séries qui font leur apparition, comme Modeste et Pompon, Ric Hochet, Thorgal, Luc Orient, Comanche, Rork

Pour chacune, une histoire courte vient rappeler ces créations. Beaucoup sont d’ailleurs des raretés demeurées dans une certaine obscurité. Reste un choix éditorial souvent déconcertant: le récit trouvé pour illustrer chaque personnage devant tenir sur quelques pages, il peut dater de plusieurs années après sa naissance. D’où un certain méli-mélo dans les chronologies. On peut néanmoins suivre au fil des pages l’évolution d’une certaine bande dessinée populaire et sa maturation, avec la disparition progressive du côté bien pensant des débuts. Tout en prenant une bonne bouffée de nostalgie d’une troublante actualité.

La Grande Aventure du Journal Tintin 1946-1988, Moulinsart et Le Lombard